Equiwood: du fumier de cheval valorisé en combustible biomasse

Portrait

Se chauffer avec la litière des chevaux, l’idée fait sourire mais elle est loin d’être ridicule. Depuis novembre dernier, la start-up Equiwood commercialise ses bûches faites de copeaux et crottin séchés et compressés. Par la revalorisation d’un déchet, Equiwood rend service aux écuries tout en offrant un combustible alternatif au consommateur et en s’inscrivant dans un processus de production en circuit court.

Du box du cheval à nos foyers

En 2015, les entrepreneurs Dany De Bolle et Stéphane Licata fondent la SPRL Equiwood et, fin 2016, la coopérative Equicoop (soutien aux activités de l’entreprise). Le concept Equiwood est simple : transformer les copeaux de bois utilisés comme litière dans les centres équestres en bûches destinées aux inserts bois et aux poêles.

Pour les écuries belges, cette démarche constitue une solution intelligente et durable à l’évacuation de leurs déchets. En effet, le fumier de cheval sur copeaux de bois est peu utilisé par les agriculteurs comme engrais naturel.

Pour l’instant, une dizaine de gros centres équestres en Wallonie et en Flandre font appel aux services d’Equiwood et la demande va croissant. Selon Dany De Bolle, la Belgique est l’un des pays au monde comptant le plus de chevaux au mètre carré. Le restant des copeaux récoltés provient de concours. Au total, environ 7.000 tonnes de litière équestre sont valorisées par Equiwood.

Le potentiel de l’installation permet aujourd’hui de produire une palette de 540 bûches par heure. Les palettes sont vendues chez quelques 80 revendeurs (belges et luxembourgeois) sensibilisés. 

Et pour le consommateur ?

La bûche Equiwood est un bon complément aux autres combustibles (pellets, plaquettes, bois-bûches…) ; elle offre un confort d’utilisation et de bonnes performances énergétiques. D’après le fondateur Dany De Bolle, elle est plus sèche (10 à 12 % d’humidité seulement, contre environ 20 % pour le bois de chauffage) et présente une densité élevée. Le crottin, qui représente 20 % de la matière, assure le rôle de liant. De plus, elle présente une bonne durée de combustion : la bûche brûle durant 1h30 et maintient la température du foyer grâce aux braises durant 4 à 5 heures supplémentaires.

Dany De Bolle ajoute qu’une palette de bûches Equiwood (540 bûches) est suffisante pour garantir un chauffage d’appoint à un ménage durant tout un hiver. Grâce à sa densité énergétique élevée, ce combustible permet un gain de place par rapport aux bûches classiques (un stockage 4 à 5 fois moins volumineux). Le prix est quant à lui compétitif puisque la palette livrée coûte 275 €, tandis que l’équivalent en stères de bois coûte 292,5 € (prix actuel : 65 €/stère de bois).

Une énergie autoproduite

Les besoins annuels en chaleur pour le processus de fabrication des bûches sont entièrement couverts par une chaudière biomasse acquise par l’entreprise. D’une puissance de 1000 kW, cette chaudière est également alimentée par la litière de cheval.

Concrètement, une fois la matière première triée (élimination des déchets comme des morceaux de fer ou plastiques) et séchée à 95°C, les gros morceaux sont transformés en bûches et le reste sert de combustible pour la chaudière.

Outre la chaudière, il reste 150 kWél à couvrir pour faire tourner le site. C’est pourquoi, à terme, Equiwood aimerait tendre vers une autonomie énergétique totale en s’équipant d’un système de panneaux photovoltaïque ou de cogénération.

Plus d’infos ?

L’équipe est actuellement composée des deux fondateurs, de sept ouvriers et d’un employé. Elle sera présente au salon Energies+Construction en novembre prochain.

Abonnement