La valorisation du son de blé, moteur de ValBran

Lancé en janvier dernier, le projet ValBran ambitionne de produire de nouvelles molécules tensio-actives non ioniques à forte valeur ajoutée à partir de son de blé (biomasse lignocellulosique). Après 5 mois de travaux, le projet a été présenté à une trentaine d’industriels français lors de la Commission Biomolécules du pôle IAR dédiée aux tensio-actifs, ce 6 juin à Paris.

L’occasion d’annoncer le lancement officiel du projet qui se tiendra le 26 septembre prochain, chez BioWanze, lors d’un évènement conjoint.

Objectifs de ValBran

L’objectif premier de ValBran vise la valorisation du son de blé en molécules tensio-actives prometteuses. Celles-ci seront produites aux échelles laboratoire et pilote afin d’obtenir des indications économiques et d’impact environnemental des procédés développés. Les débouchés visés pour ces molécules seront la cosmétique, la détergence, les phytosanitaires ou encore les additifs alimentaires.

En fin de projet, l’équipe sera capable de fournir ces tensio-actifs à (au moins) quatre industriels de la zone. Des industriels hors zone pourront également être impliqués dans le processus.

Par la suite, l’équipe ValBran envisage d’étudier les résidus de son de blé, enrichis en protéines et générés durant le procédé, afin de les valoriser en alimentation animale.

Consortium

ValBran rassemble 9 partenaires des régions Grand Est, Hauts-de-France, Wallonie et Flandre. Dans le consortium : les universités de Reims Champagne-Ardenne (URCA, unités FARE et ICMR), Picardie Jules Verne (unité GEC) et AgroBioTech Gembloux (laboratoire LBMI), les associations ValBiom et Inagro, l’institut technique VITO et les trois pôles de compétitivité Catalisti, GreenWin et IAR.

Ensemble, ils deviendront des acteurs importants dans le domaine de la bioraffinerie et de la bio-économie. 

Travaux et résultats

Le projet repose sur plusieurs axes de travail :

  • Gestion de projet et communication / promotion ;
  • Fractionnement enzymatique du son de blé en sucres valorisables et analyse des rapports structures / propriétés des molécules étudiées ;

« Il s’agira de produire des molécules avec des degrés de polymérisation variés en jouant sur la partie polaire et la partie apolaire de la molécule, » Caroline Rémond, cheffe de file du projet.

  • Transfert technologique et évaluation de la faisabilité technico-économique des procédés choisis durant le projet ;

« Via une technologie propre, l’institut VITO va combiner les paramètres techniques et économiques dans un modèle afin d’identifier les procédés qui auront l’impact le plus intéressant. VITO se chargera également de réaliser une étude de marché et une étude des risques des procédés développés. »

  • Analyse de l’impact environnemental en fin de projet (assurée par ValBiom et IAR)

Lancement à BioWanze 

Le projet ValBran sera présenté le 26 septembre prochain chez BioWanze (le plus important producteur de bioéthanol en Belgique) devant la presse, les industriels, le secteur agricole et les scientifiques. Au programme : trois conférences de qualité !

  • Présentation du projet ValBran ;
  • Présentation du projet de recherche de BioWanze sur la valorisation du son ;
  • Présentation des marchés du blé belge et français par Olivier Henroz, responsable céréales chez Wal.Agri ;
  • L’évènement se terminera par une visite exclusive du site de BioWanze.
Inscription et détails pratiques : ICI

Plus d’infos ?

  • plus de 1.7€ million de budget ;
  • 4 années de recherche (janvier 2017 – décembre 2020) ;
  • 4 Cofinanceurs : FEDER, Grand Est, Wallonie, Province West-Vlaanderen.

Pour toute question 

Abonnement