Ochain Énergie : l’installation tourne !

Il y a plus d’un an, les premiers coups de pelles étaient donnés sur le chantier du projet de biométhanisation d’Ochain, à Clavier. Aujourd’hui, après 16 mois de travaux, l’installation de 600 kWélectrique tourne ; elle alimentera le mois prochain le home voisin et permettra d’alimenter 1.500 foyers en électricité.

Finalisation du chantier

Après 16 mois de travaux, le projet arrive aujourd’hui à un tournant majeur de son histoire. A l’origine, il a été initié en 2011 par le GAL Pays des Condruses qui a mené une étude sur le potentiel d’installation d’unités de biométhanisation sur son territoire. Le site d’Ochain figurait parmi les 19 localisations jugées intéressantes. Dès 2013, Grégory Racelle, technicien agricole et porteur du dossier entame les premières démarches : étude de faisabilité, création de la SPRL Ochain Energie, recherche de partenaires financiers, etc. Au fur et à mesure du processus, il est appuyé par plusieurs citoyens via les coopératives Emissions Zéro (depuis 2015) et Condroz Energies Citoyennes, ainsi que par la société liégeoise Coretec, constructeur du module de cogénération.

Favorisé par une météo clémente et encouragé par la ténacité de Grégory Racelle, le chantier n’a pas pris de retard. Il reste aujourd’hui à finaliser certains chemins d’accès du réseau chaleur. D’ici peu, les premiers kWhthermiques seront envoyés au Château d’Ochain, une maison de repos située à moins d’1 km du site qui consomme aujourd’hui 150.000 litres de mazout par an.

De bons rendements !

La production d’électricité du site a débuté en mai dernier. Depuis, les résultats montrent que l’installation tourne à plein régime, 94% du temps. Le mois d’août affichait même un haut rendement de 95% de sa capacité maximale de production.

Concrètement, comment fonctionne l'installation et quelles sont ses caractéristiques ?

4 silos de stockage de matières premières

Au total, l’installation comprend 4 silos, dont 1 grand silo pour le maïs (consommé tout au long de l’année) et 3 petits pour les autres intrants tels que les effluents d’élevage (fumier, lisier) et les résidus de culture (fanes de légumes, feuilles de betteraves). Les effluents d’élevage viennent principalement de fermes dans un rayon de 10 km et les cultures énergétiques dans un rayon de 20 km.

Le charroi est en moyenne de 3 transports par jour.

2 digesteurs, alimentés par 33 tonnes de matières/jour 

Le digesteur est alimenté de 33 tonnes de matières par jour. La trémie d’incorporation (capacité : 60 m3) – utilisée pour alimenter le digesteur en matières organiques solides – est remplie selon la recette définie chaque semaine, en fonction des résidus de culture reçus et des besoins de la méthanisation. Le maïs permet de stabiliser la composition des intrants.

La trémie alimente une vis qui elle-même alimente soit la vis allant vers le 1er digesteur, soit celle allant vers le 2ème digesteur.

Pour stabiliser la production, le système d’alimentation est commandé avec un dispositif de pesage-dosage et un interrupteur horaire.

© Ochain Énergie 

Les 2 digesteurs ont chacun une capacité de 3.300 m3, un diamètre de 25 m et une hauteur en béton de 7 m, dont 4 m sont enterrés, pour des raisons d’intégration paysagères. Le temps de séjour de la matière dans les digesteurs est de 100 jours. Ces digesteurs sont équipés de 4 mélangeurs, tournant quelques minutes par heure.

La chaleur valorisée : bientôt au service du Château d'Ochain

Le biogaz produit sert pour alimenter le moteur de l’installation. Lui-même actionne un alternateur qui produit l’électricité ; celle-ci est utilisée en partie sur le site et le solde est injecté sur le réseau d’ORES. La chaleur émise par le moteur et l’alternateur est récupérée et valorisée via un réseau chaleur.

Quelques chiffres

  • 5 millions d'euros d’investissement (budget)
  • 7 emplois directs et indirects, créés localement
  • 1.500 ménages alimentés en électricité, soit 5.000 MWhth/an
  • 5.300 MWhth, soit l’équivalent de 500.000 litres de mazout
  • 22.500 tonnes d’intrants par an (besoins)

Contacts

Contactez Cécile Heneffe pour toute question sur le sujet et consultez notre rubrique dédiée pour en savoir plus.

Abonnement